Dal balcone che guarda in giardino…*

Vous souvenez-vous ?  C’est un joli point de vue : ni trop haut, ni trop bas, idéal pour la vision cavalière et qui permet d’estimer nettement la perspective tout autant que le premier plan. Parfaitement calculé, précis et naturel, avec intelligence et raison. De là, on peut tout voir… c’est un avantage, un privilège qui ne doit pas laisser indifférent, bien au contraire… Imaginez, si, par bonheur, nous avons de nouveau ces fameuses précieuses places, comme nous sentirons encore bien le rideau se lever et comment nous accorderons l’imaginaire à la représentation de la réalité : des anges, des combats… des combats d’anges, peut-être même ?.. Et des noces… Oh là là !… Et, rappelez-vous comme l’endroit est confortable, un véritable poste d’observation, le luxe en plus : il offre l’agrément de pouvoir vibrer ardemment, d’un esprit attentif et serein… Les actions brutales que nous y contemplerons délicieusement nous sont, de toutes manières, familières et, meglio ancora, inoffensives, protégés que nous serons, non seulement par les solides balustres, mais aussi par la situation élevée…

Paul Conte 2017
Extrait de : La visite à l’atelier et autres destinations
2009/2017…

* Lorenzo Da Ponte : Le Nozze di Figaro, Acte II. Sc. XI


Partager cet article >

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest